Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 11:36

Pas un mur sans impact de balles. Le long des principales artères qui mènent au centre de Misrata ou qui encerclent la ville, tous les bâtiments, sans exception, portent les stigmates des mois de combats qui ont failli faire disparaître la ville libyenne. Alors que la cité est “libérée” depuis une dizaine de mois, les carcasses de véhicules, les maisons brûlées et les palmiers décapités font toujours partie du paysage, emblèmes d’un siège violent et sauvage par lequel Mouammar Kadhafi entendait soumettre non seulement une ville, mais un pays entier, entré en rébellion contre ses quarante-deux ans de règne.

Avenue de Tripoli, à Misrata, avril 2012Avenue de Tripoli, à Misrata, avril 2012© Thomas Cantaloube

Sur l’avenue de Tripoli, la principale voie d’accès au centre, où se sont concentrés les combats les plus intenses, les bâtiments calcinés et à moitié effondrés continuent de scruter, telles des vigies silencieuses et morbides, la vie qui a repris son cours. Tous les habitants de Misrata s’accordent sur la nécessité de reconstruire au plus vite et de faire disparaître ces gravats noircis pour rebâtir une nouvelle ville autant qu’une nouvelle vie. En même temps, ces ruines servent un objectif immédiat en cette période post-révolutionnaire : rappeler que la révolution libyenne n’a pas triomphé à coup de manifestations et de sit-in comme chez ses voisins égyptiens et tunisiens, mais au prix d’une guerre et de bombardements étrangers.

Un « musée de la révolution » a vu le jour sur l’avenue de Tripoli, à l’emplacement d’un concessionnaire de voitures. Y sont exposés les divers armements récupérés sur les champs de bataille (tanks, missiles, douilles innombrables), mais aussi des prises de guerre plus glorieuses ramenées de Tripoli : l’immense aigle métallique qui ornait l’entrée de la caserne des forces d’élite dirigées par Mouatissim Kadhafi, ou la statue commémorant les bombardements américains de 1986 qui trônait encore au mois d’août au cœur de la résidence du dictateur.

À l’intérieur, des murs entiers sont décorés avec les photos des « martyrs » de la révolution à Misrata. Les clichés, tous similaires, visage de face, fond bleu, produisent un effet hypnotique qui permet de mieux comprendre la douleur et le ressentiment des survivants.

« À Misrata, 1 400 morts, 13 000 blessés, 1 000 handicapés… », égrène Salem Mohamed Joha, un ancien militaire qui a fait défection aux premiers jours du soulèvement contre Kadhafi, avant de prendre la tête des forces rebelles en ville. Il ajoute : « Et des choses dans la tête qu’on n’oubliera jamais… » Pour la troisième cité libyenne par la taille (280 000 habitants), surtout réputée pour ses paisibles activités commerciales, cela fait beaucoup.

Le mur des martyrs, au musée de la révolution à MisrataLe mur des martyrs, au musée de la révolution à Misrata© Thomas Cantaloube

La bataille de Misrata, qui a duré de février à mai 2011, n’est pas uniquement devenue le symbole de la révolution libyenne en raison de la violence des affrontements qui opposaient une population civile dos à la mer à des forces loyalistes mieux armées et bien ravitaillées, mais surtout parce la résistance des habitants a permis de maintenir l’unité de la Libye. Il suffit de regarder une carte pour comprendre. À la fin du mois de mars 2011, après les premières frappes de l’OTAN, il y avait de facto, deux Libye : l’une à l’est de Syrte, libérée de la dictature, protégée par les Occidentaux, centrée sur Benghazi, et l’autre à l’ouest, toujours contrôlée par Kadhafi et les siens, solidement ancrée à la capitale Tripoli. À ce moment-là, beaucoup d’analystes prédisaient une scission du pays en deux entités.

Si Misrata, localisée à l’ouest, n’avait pas résisté, et si les rebelles de Benghazi, appuyés par les forces de l’OTAN, n’avaient pas organisé un pont maritime pour apporter armes, combattants, médicaments et nourriture aux assiégés, c’en eût probablement été fini de la Libye unie. « Misrata a joué un rôle capital en unissant l’est et l’ouest de la Libye, quand le régime de Kadhafi voulait couper le pays en deux pour assurer sa sauvegarde, affirme Abdallah Mohamed Darwich, chef d’une phalange combattante. Ensuite, une fois libérés, nos guerriers sont partis aider les autres villes à l’est, à l’ouest et au sud. »

  • 1
  • 2

L'élection d'un conseil local

Dans un pays qui n’a été unifié pour la première fois qu’en 1951, cette symbolique de la ville martyre, qui a préservé l’intégrité de la Libye grâce à son sang, demeure forte. Au début du mois de mars 2012, il fallait encore montrer patte blanche pour pénétrer dans « la république autonome de Misrata », si l’on n'était pas soi-même un habitant de la ville. Aujourd’hui, il y a certes un check-point de containers empilés et gardés par quelques blindés qui contrôlent l’entrée de la cité, mais le passage est fluide.

Bienvenue à Misrata, l'entrée de la villeBienvenue à Misrata, l'entrée de la ville© Thomas Cantaloube

Vu de Misrata, mais aussi de Benghazi ou de Tripoli, la notion d’un éclatement de la Libye n’est pas une considération sérieuse, même après la déclaration d’indépendance rédigée par plusieurs tribus de la Cyrénaïque (à l’est). « La Libye, c’est comme une famille, on ne va pas séparer le père à un endroit, la mère dans un autre, et les enfants encore ailleurs », plaide Rustom Grada, un avocat de Tripoli dont une partie de la tribu s’est installée à Benghazi, il y a quatre générations.

« Dans les années 1950, les tribus se sont unies pour créer un pays sans se connaître, renchérit Ahmed Abu Daya, un comptable originaire des montagnes berbères, au sud de Tripoli. Maintenant, les Libyens se connaissent, se sont mélangés, et n’ont aucune envie de se séparer. »

Même son de cloche chez un diplomate européen : « L’unité du pays est l’un des rares acquis du kadhafisme. Mais il est clair que c’est un pays qui est un assemblage de villes. Il faut donc définir la relation entre les villes et la capitale. » Et ne pas recommencer l’erreur de Kadhafi qui a consisté à centraliser tous les pouvoirs à Tripoli, irritant au plus haut point tous les Libyens obligés de se rendre dans la capitale pour toute démarche administrative. « Il ne faut pas attacher trop d’importance à la déclaration d’autonomie des tribus de l’est. C’est plutôt un message d’alerte adressé au nouveau pouvoir afin de faire valoir certaines revendications locales », assure le diplomate. Une de ses collègues ajoute : « Le Conseil national de transition a surjoué cette déclaration d’autonomie, reprise dans tous les médias internationaux, pour pouvoir ensuite organiser des manifestations contre la partition et ressouder le pays. »

Comme dans d’autres pays nés du legs colonial, traversés par des fractures ethniques, claniques ou politiques, et dont on a prédit l’éclatement au lendemain d’une guerre ou d’une invasion (on pense à l’Irak ou l’Afghanistan), le sentiment national demeure un ciment très puissant en Libye. Comme tous les dictateurs qui ne veulent voir qu’une tête, Kadhafi a nié les spécificités ethniques ou régionales, et cherché à écraser les autonomies locales. Aujourd’hui, les Libyens entendent récupérer ces droits tout en préservant leur nation telle qu’elle existe depuis soixante ans.

Les débats sur la forme du futur État libyen (fédéral ou pas) ont démarré mais, avant qu’ils ne soient tranchés par l’assemblée constituante qui devrait être élue fin juin, certaines villes ont pris les devants. Zouara puis Misrata ont élu des conseils locaux, Benghazi devrait bientôt suivre. 65 % des habitants de Misrata ont participé à cette élection qui s’est tenue de manière transparente, avec des urnes en provenance de Tunisie et de l’encre indélébile acheminée de Grande-Bretagne. « La guerre étant finie, nous avons décidé qu’il était temps de reconstruire le pays par les élections, raconte Youssef ben Youssef, un ingénieur de 50 ans, élu à la tête du Conseil. Si l’on veut créer un gouvernement fort, il faut commencer par les conseils locaux. »

Cette stratégie est également promue par l’activiste de Benghazi, Hana el-Galal, une des premières membres du CNT, qui en a démissionné assez vite, déçue par les errements de cet organe de transition. « C’est en élisant des conseils locaux que nous pourrons changer la composition du CNT, qui sera obligé d’incorporer des élus, promet-elle. Nous mettrons ainsi des élus locaux en position de force face à un gouvernement national non élu. Il ne s’agit en aucun cas de séparatisme, mais de se battre contre le centralisme et les instances bureaucratiques non élues. »

Le musée de la révolution sur Tripoli StreetLe musée de la révolution sur Tripoli Street© Thomas Cantaloube

En sortant de Misrata, un panneau publicitaire accroche le regard. Il vante les vols directs de la compagnie aérienne Turkish Airlines, de Misrata vers la Turquie. Rien que cela, c’est une nouveauté considérable dans un pays où, sous Kadhafi, tous les trajets en avion vers l’étranger devaient partir de Tripoli. « L’élection que nous avons organisée à Misrata, nous l’avons faite pour toute la Libye, certifie Youssef ben Youssef. Et si nous y sommes parvenus malgré nos plaies, tout le monde peut y arriver. »

 

Sources : Mediapart.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Louis ALONSO - dans LIBERTE D'INFORMATION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean Louis ALONSO, coups de cœur et coups de gueule ! Voyage intérieur !
  • Le blog de Jean Louis ALONSO, coups de cœur et coups de gueule ! Voyage intérieur !
  • : Voyages aux 4 coins de la planète mais aussi "Voyages Intérieurs" États d'âme et coups de gueule
  • Contact

Recherche